Parlons vêtements cyclistes… pour le froid !

« Il n’y a pas de mauvaise température, mais des mauvais vêtements (ou des cyclistes mal habillés!!) » dit le dicton !

Alors, pour aider un peu les cyclistes que nous sommes, voici des trucs et conseils appris au fil des années pour vous aider à rouler lorsque la température est froide.

Tous ces accessoires ont été acquis avec les années. Ne vous ruez pas en magasin pour acheter tout ce que nous décrivons. Le but de cette chronique est de vous exposer les différentes possibilités. Avec le temps, vous bâtirez votre propre garde-robe cycliste selon vos préférences.

Allons-y de bas en haut …

Les pieds : Il existe des accessoires conçus expressément pour s’adapter aux chaussures de vélo de route pour laisser la place aux cales.

  • Utilisation des couvre-chaussures intégraux minces (coupe-vent) ou plus épais en sorte de néoprène
  • Utilisation des « orteils » pour protéger les orteils du froid
  • Bas de cycliste, idéalement un peu plus chaud et épais. En tout temps, choisissez des chaussettes conçues pour le vélo, en laine de mérino ou en matière synthétique. Évitez le coton, qui est rapidement mouillé et ne sèche pas très bien.

Suggestions personnelles : j’utilise beaucoup plus souvent les « orteils » qui couvrent le bout du pied et coupent le vent. Le coût est moindre que les couvre-chaussures intégraux. Les couvres-chaussures sont un peu plus chaudes, mais se transportent difficilement si la température s’élève et souvent elles entravent un peu le mouvement de pédalage. En plus, la transpiration peut difficilement s’évacuer donc souvent nous avons rapidement les pieds humides. Rappelez-vous que rien ne protège à 100% de l’eau lorsqu’il pleut. Tout cela est à considérer dans votre choix !

Les jambes :

  • Cuissard long intégral : idéalement molletonné et avec bretelles pour mieux protéger le bas du dos du froid
  • Jambière : en lycra avec ou sans fermeture éclair ou en lainage
  • Knicker : cuissard mi-long jusque sous les genoux (3/4)
  • Protège-genoux : même principe que les jambières, mais laissant le mollet à découvert
  • Survêtement long en lycra à porter par-dessus le cuissard (ceux conçus pour la course à pied ou le ski de fond font aussi l’affaire)

Suggestions personnelles : j’utilise très peu souvent le cuissard long intégral, je préfère de loin les jambières (lycra ou lainage) qui peuvent s’enlever facilement lorsque la température augmente en après-midi surtout au printemps. De bonnes jambières peuvent permettent de rouler à des températures très basses (5 à 15 degrés C). Les cuissards retiennent les jambière, assurez-vous de placer le haut des jambières sous le bas des cuissards. Ainsi, choisissez votre cuissard le plus long pour plus de confort et d’esthétisme. Testez bien la grandeur des jambières aux cuisses pour éviter qu’elles ne descendent en roulant !

Petit ajout concernant le cuissard (même si je déborde du sujet) : En tout temps, un bon cuissard est directement lié au plaisir que vous aurez à vélo. Il en existe une très grande variété, que ce soit avec ou sans bretelles, de différentes longueurs, avec un chamois plus ou moins épais… Chacune de vous est différente et vous aurez probablement vos propres préférences en matière de cuissard. C’est avec l’expérience que vous reconnaitrez le cuissard qui vous sied le mieux. Psst : on porte le cuissard directement sur la peau, sans sous-vêtement.

Le corps :

  • Des manchettes ajoutées à un sous-vêtement court sous un maillot court permet de bien réchauffer les bras s’il ne fait pas trop froid. Cette combinaison vous permet d’enlever des couches et de mettre les manchettes dans vos poches de maillot si la température se réchauffe.
  • Le maillot long par-dessus un sous-vêtement long pour les températures qui restera entre 5 à 15 °C
  • Une veste sans manche pour protéger le corps du vent dans tous les cas
  • Un manteau intégral lors des sorties froides (moins de 10 °C)
  • Un imperméable mince et respirant permet de se garder au chaud avant le départ, lors des arrêts ou avant d’entreprendre une descente. Étant très compact, il peut s’apporter dans une poche arrière si la météo est incertaine ce qui arrive parfois au Québec !!

Suggestions personnelles :

  • Les manchettes en lycra ou lainage sont indispensables. Si la température se réchauffe, elles se logent facilement dans les poches arrière. Elles protègent également très bien du soleil!
  • La veste sans manche est très utile pour garder le corps au chaud et protéger le tronc du vent
  • Dans tous les cas, l’idéal est d’avoir un manteau avec des pochettes dans le dos

Les mains :

  • Utilisation des gants longs est recommandée pour garder les doigts au chaud
  • Il existe des gants longs de cyclisme. Les gants de ski de fond (pour les temps plus froids) ou les petits «gants magiques» sous les gants court font très bien l’affaire également.

Suggestion personnel : les gants doivent être souples et assurez-vous que les mouvements des mains et des doigts ne sont pas entravés pour les freinages et les changements de vitesse.

La tête :

  • La cagoule sous le casque pour les grands froids
  • La tuque mince en lycra toujours portée sous le casque
  • Le « buff » qui peut servir de foulard pour protéger le cou, de tuque ou de bandeau
  • La casquette de cycliste pour éviter la pluie dans les yeux !

Suggestions personnelles : La tuque mince en lycra est généralement suffisante dans la plupart des cas. Les femmes aiment souvent le « buff » multifonction et esthétique !

Mon truc du + / – 5°C :

  • Lorsque vous partez rouler, prévoyez ce que vous ferez si la température augmente de 5°C ou diminue de 5° La température est rarement constante. Pourrez-vous enlever et transporter vos vêtements inutiles ? Pouvez-vous ajouter un vêtement plus chaud comme une veste sans manche, des manchettes ou des jambières ? Les écarts de température peuvent être importants au Québec surtout dans les régions montagneuses et le parc national de la Mauricie.

Conseils divers :

  • Lorsqu’il fait froid, l’objectif est de ne pas devenir trop humide. Il faut des vêtements bien aérés, mais surtout maintenir un rythme pas trop élevé surtout dans les montées.
  • Entre les deux, il est toujours préférable d’avoir chaud que froid. Les muscles et les articulations doivent être bien protégés du froid en tout temps.
  • Par temps froid et venteux, empruntez des parcours sinueux et boisés qui vous protègeront du vent. Souvent les parcours vallonnés sont parfaits versus les plaines à découvert. Le parc de la Mauricie s’avère souvent un bon choix !
  • Le froid est souvent synonyme de vent, portez des vêtements ajustés pour ne pas perdre de chaleur, pour faciliter l’effort et ne pas gêner vos mouvements ! En plus d’être bruyant, les vêtements trop amples, avec l’effet du vent, peuvent réduire considérablement la visibilité du cycliste derrière vous.
  • Assurez-vous de toujours pouvoir transporter tous les vêtements enlevés si la température se réchauffe. Si vos poches sont pleines, insérer les articles en surplus dans le dos sous votre maillot. Les vêtements tiennent bien à cet endroit et ne risquent pas de se coincer dans une roue du vélo ou le guidon.
  • Il est très dangereux d’attacher vos vêtements ou accessoires au guidon ou sous la selle. Les vêtements risquent de se coincer dans les roues et pourraient vous faire chuter.
  • Porter des couleurs voyantes, mais pas trop salissante ! Par exemple, le rouge, vert, jaune, bleu et bien entendu le ROSE (!!) sont souvent préférables au blanc ou noir.
  • Faite-vous un « check-list » pour ne rien oublier et préparez vos vêtements la veille lors d’une activité spéciale. Avant de partir, visualisez votre habillement de haut en bas pour vous assurer de ne rien oublier.
  • Les sacs en filet sont particulièrement utiles pour classer et surtout repérer tous vos vêtements !

Voilà ! Bonne route !

Pierre Lac.

LES ROSES

1685, 105e avenue
Shawinigan, Québec CANADA
G9P 1M8

Marie-Josée Gervais, Co-Fondatrice de L’Équipe Féminine
819 531-7110
mj.gervais@lesdefis.ca

 

12 + 9 =